PROJET "Mam'zelle K"

 

ma-poupee-k-4.jpg

 

ça fait plusieurs années que j'y pense... à ce petit personnage qui accaparerait mes mots, ferait un peu vivre mes textes.
Un regard de grand de la taille d'un enfant (on en parlait sur un poste il y a peu...), mélanger mes univers ... un peu de rêverie... .

Je dois être frapadingue pour me lancer là dedans ! Je me dis qu'il va falloir du temps... et beaucoup de travail... .

Je suis dessus depuis hier, la voilà enfin ma petite "K" ... ce sera K en attendant parce que je ne lui ai pas encore trouvé son petit nom... et puis je crois qu'elle et moi n'aurons pas beaucoup de différences ! (sourire).

C'est le cadeau de noël de mon fils qui m'a fait tilt : une palette graphique que je n'ai absolument pas utilisée ici. Mais j'envisage fortement d'utiliser l'outil crayon numérique, dessin et montage vidéo (dessin animé) pour animer tout ça !
Je pense que beaucoup d'idées vont se croiser dans la présentation... le style BD peut-être animée me trotte ! Nous verrons bien... en même temps que les choses avanceront !

Bon eh bien ça me fait tout chose de voir ma petite idée déjantée dans son tout premier souffle !

*********************************

Premier test dessin au crayon numérique. Me suis pas appliquée du tout.... j'imagine... et je saute partout ! lol

ma-puopee-k-essai-crayon-num-1-copie.jpg

**************************************************

Tout le monde a bien trop d'imagination ! A force de trop en avoir et suite à vos commentaires ailleurs... mon idée initiale est en train de dévier... où d'ailleurs ? En tout cas, pas là où j'avais prévu le kruk ! mdr !

Petite récré du soir histoire de se prendre au jeu.... mais voilà que mes idées se font prendre à celles des autres !:

le petit journal est en train de se transformer en TRAITRE ! mdr

img0001-copie.jpg

*********************************************************************

Le 29/12/11 :

J'ai finalement gardé ce fil d'idées... et me suis remise sur la couverture de ma petite histoire. J'ai tout bien refait au propre... je passe la journée à cogiter "l'histoire".
Ayé ! C'est monsieur " Journal" qui racontera l'histoire.... comment tout a commencé... pour lui qui rêvait d'un GRAND destin de livre. Mais, un jour arriva, annonçant tout ce qu'il était loin d' imaginer et qui l'amènera à cette rencontre avec "elle" : Mam'zelle K. Des récits et confidences croisés...  aux questions posées depuis les endroits où il se situera... des réponses dans ce qu'elle lui confiera dans ses récits ... .
Une histoire inattendue de regards croisés... et de celui des objets vivants qui pourraient nous en raconter... . Comment tout cela finira ? Ce sera à vous de le découvrir ! " .

Je pense travailler tout ça avec une bonne intro, l' entrée en matière... puis des chapitres "histoire" : " Jour de pluie et des larmes de nuages ..." " Les pépins à 2 pattes " " Le verre d'eau " etc etc etc toujours dans cet esprit de double dialogue/double regard.

Côté image, il y aura sûrement une image scène ou représentative de l'idée qui accompagnera les chapitres... histoire de placer un décor... je garde l'idée aussi de page "brute de pomme avec ses grabouillages " (je me comprends).


Donc, voilà le travail au propre :

couverture-melle-k-signature.jpgma-poupee-k-vlivre-copie.jpgMam'zelle K

***********************************************************

Je commence à planter le décor...

ça m'aidera à m'imerger dans mon histoire pour en extraire les mots.

Une première image :

"Mr. Livre"

L'histoire commence... ici !"

image1-mr-journalpf.jpg*****************************************************

Le 30/12/11

1er extrait :

« Tout a commencé ici ! »

Cela faisait des années que je me morfondais sur cette étagère, en compagnie d’autres livres. On m’avait oublié ! Triste sort, alors que tant de mes cousins avaient eu la chance d’une brillante carrière : livre de médecine, de droit, recueil de poésie… . AhHh…ssoupi, le temps passait. Les années ? Je ne les comptais plus à l’ombre de l’horloge. Deux pas plus loin, une plume, elle n’avait plus rien à raconter depuis si longtemps… déjà.

Mes pages demeuraient blanches … muettes… j’en soupirais… je rêvais… souvent. J’attendais !

Une journée d’hiver, si je me souviens bien, c’était au début du mois de Novembre,. La grande porte du bureau s’est ouverte un matin. C’était Mme. Gabrielle. Elle passait parfois, très peu, s’installer sur l’écritoire placé face à la fenêtre, rédiger un courrier, une note… gratter sur du papier une nouvelle correspondance. Je la regardais, muet, chercher ses idées par delà la fenêtre, glissant son regard entre les tentures épaisses pour écrire à nouveau. Quand elle avait fini, arrondissant son dos, elle rentrait son ventre afin de ranger le fruit de ses réflexions dans le tiroir du bureau. Elle le refermait ensuite délicatement, fermant les yeux.
Après, Mme. Gabrielle se levait, balayant du regard la pièce. Je me demandais si elle avait conscience de mon existence… et aussi ce qu’elle cherchait. Elle se penchait parfois, quelques secondes, pensive, sur un objet, de ceux que Mr. Louis avait déposé derrière lui sans que jamais personne n’eu l’idée d’en modifier l’emplacement.
Nous étions tous là, figés dans cet immuable décor. Sa main nous effleurait parfois, à peine, comme pour nous consoler peut-être de ne plus exister que dans le souvenir de cet être absent, ce cher Mr. Louis !

Mme. Gabrielle, ne s’était pas résolue à vendre la maison familiale où des générations entières s’étaient succédé. La vieille demeure conservait tous leurs souvenirs, de la cave au grenier, jusque dans les chambres, en passant par ce bureau… jusque dans le moindre objet, depuis ce fameux jour, le fameux jour où l’on ne revit plus Mr. Louis nous faire l’honneur de sa présence.

Il devait cependant bien être quelque part !
J’entendais souvent Mme. Gabrielle s’adresser à lui. Elle se plaçait invariablement face au grand portrait qui trônait au-dessus de la cheminée en marbre. Elle chuchotait, murmurait son nom. Comme il ne répondait pas, elle sortait de la pièce les yeux embués. Mr. Louis la boude depuis longtemps.

Mais ce jour, c’était d’automne, début mois de Novembre, n’était pas une journée comme les autres. Mme. Gabrielle ne s’est pas installée sur l’écritoire comme à son habitude, rare, il faut le souligner. Quelque chose, j’imaginais, la préoccupait, et comme pour que l’on puisse bien le voir, elle s’est approchée de la fenêtre et a tiré les épaisses tentures… d’un coup sec !

Mme. Gabrielle commença par fouiller tiroirs et placards. Elle observait des tas d’objets qu’elle remettait soigneusement à leur place et poursuivait. Je me suis vraiment demandé ce qu’elle pouvait chercher. Mais Mme. Gabrielle ne nous disait rien à part « Voyons ! » « Non ! ». Elle faisait tous les coins de la pièce. Désabusée (semblait-il), elle s’est enfin placée au centre de la pièce, le visage presque entre ses mains. Elle tournait lentement sur place et scrutait longuement le bureau de Mr. Louis quand son regard se fixa sur le mur de mon étagère ; mon étagère ! Elle fronçait les sourcils, approchant ; ses yeux enfin s’ouvrirent en grand et sa main s’avança vers moi, me saisit.
Elle me tournait dans tous les sens, j’en attrapais le vertige. Elle ouvrait puis fermait ma couverture, feuilletant mes pages. Moi… j’avais la nausée tandis qu’elle passait brutalement ses mains pour éliminer ma poussière. A la fin je n’y voyais plus rien !

Mme. Gabrielle semblait ravie. Elle affichait un tendre sourire ; j’ai pensé à mes moments, au temps de Mr. Louis.

 

*************************************

 


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×